Monday, August 21, 2017
La Multiplication De L'arnaque Au Crédit Rapide

La Multiplication De L'arnaque Au Crédit Rapide

Depuis l'éclosion du prêt entre particuliers sur le continent, un nouveau type d'arnaque s'est diffusé massivement sur le net via les réseaux sociaux et dans les messageries électroniques : de prétendus financements en ligne accordés en 48h, sans apport, avec 0 garanties et par des gens se présentant comme des particuliers cherchant à investir leur argent. Il s'agit évidemment d'une tromperie, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites en dit long sur la gravité de la situation. Conséquence: un grand nombre d'internautes sont tombés dans le piège du fait de cette escroquerie.

Comment procèdent-ils ?

Appâter sa victime avec une proposition de financement alléchante

L'arnaque au crédit ŕ la conso rapide au crédit rapide prend généralement la forme d'une trame avec plus ou moins de cohérence. Pour notre escroc, il s'agit d'une phase primordiale car il sent que la réussite de son coup est en grande partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. S'il veut faire venir le plus grand nombre de personnes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites à large fréquentation tels que Twitter ou Facebook. Beaucoup de posts très populaires ne modèrent pas assez les pages de commentaires visibles par tout le monde, ce qui devient alors un endroit privilégié des escrocs.

Concrètement, l'escroc s'affiche en tant que personne disposant d'un capital qu'elle souhaite faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très concurrentiel. Souvent, il prend l'identité d'un retraité rentier désirant sortir du système bancaire classique afin de transmettre l'image d'un homme noble visant à d'améliorer la société. Ce procédé poursuit un objectif précis : jouer sur la détresse financière des gens faibles en tentant de leur expliquer qu'un crédit est encore possible, même avec peu de ressources. Il propose de leur octroyer un prêt, même s'ils ont déjà des prêts à rembourser. Une fois que la demande est acceptée, notre escroc promet de débloquer l'argent dans un délai record avec des mensualités qui peuvent s'étaler jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il peut paraître évident pour la plupart des gens que des annonces de ce genre sont inconcevables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent se faire avoir du fait de cette illusion de financement rapide qui les aveugle.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur internet, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec plus ou moins de créativité. C'est ainsi qu'opèrent les arnaqueurs au crédit qui créent intégralement un personnage inventé qui viendra appuyer leur scénario. Dans un premier temps, ils donnent un état-civil qui sonne français à ce faux profil. Pas d'utilisation donc de prénoms étrangers qui pourraient faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la victime ait l'impression que l'investisseur est établi aux alentours. Dans un scénario bien orchestré, notre faux prêteur peut se faire passer pour une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Certains iront jusqu'à exiger des fiches de paie à sa future victime, d'autres lui demanderont de donner des réponses à une série de questions sur son travail. Pour être un encore plus crédible, notre faux prêteur prendra le soin de fabriquer de multiples faux profils qu'il contrôlera pour poster de faux témoignages qui auront pour but de vanter le sérieux de l'annonce.

Approuver toutes les demandes

Dès que la personne ciblée est persuadée du sérieux de l'opération, l'escroc peut enfin passer à l'étape suivante. Il confirme qu'il approuve son dossier de crédit, mais exige le règlement de frais divers par mandat avant de valider le dossier. Ces frais peuvent monter jusqu'à plusieurs centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par le faux prêteur à étudier son dossier. Ces frais sont, selon-lui, indispensables pour débloquer l'argent. Si la victime se plie à cette condition, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de s'acquitter d'une cotisation d'assurance emprunteur obligatoire. Évidemment, la victime ne verra jamais son prêt arriver et notre escroc retirera les virements avant de se volatiliser.


De quelle façon prévenir ces arnaques ?

En France, tout le monde n'est pas accrédité à proposer un emprunt et le crédit aux particuliers reste une activité réglementée. Si un particulier ou une société fait la promotion de services financiers par Internet, le site est dans l'obligation d'afficher ses mentions légales ainsi que les CGV. Pour être reconnu en tant que d'établissement de prêt, un organisme doit être en possession d'un agrément de l'ACPR et d'une immatriculation au registre ORIAS. Tout site de prêt entre particuliers doit impérativement posséder ces agréments, auquel cas il s'agit clairement d'une escroquerie.

Ensuite, il ne faut pas ignorer que les délais d'obtention d'un crédit ne sont pas si rapides et qu'il faut compter à peu près 15 jours avant l'obtention des fonds sur son compte. Même si un particulier avait des fonds à placer de cette manière, il ferait une profonde et longue analyse de toutes les demandes avant de choisir les plus solides.
Enfin, un établissement financier n'accorderait jamais un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur qui est fiché à la Banque de France pour impayés.

Flickr Stream


Scroll to top